L’àrt du Cocktail

Tout savoir sur ces boissons cool et originales pour soirées festives

D’où vient le mot «cocktail»?

Une théorie lie l’étymologie du mot aux combats de coqs aux états-Unis. Le propriétaire du coq vainqueur recevait les plumes de la queue du coq vaincu et l’on trinquait avec une boisson appelée «on the cock‘s tail». Selon une deuxième théorie, le mot date de l’époque coloniale, lorsque les taverniers entreposaient les spiritueux dans de grands fûts. Quand ces derniers étaient presque vides, on rassemblait les restes (appelés «tailings») dans un seul tonneau: le mélange était prélevé à l’aide d’un robinet (appelé «cock») et vendu à prix réduit. Les clients qui ne pouvaient s’offrir que cette boisson bon marché demandaient des «cock tailings».

Secouer ou remuer?

Le fait de secouer («shake») la boisson crée d’innombrables petites bulles d’air, ce qui donne une sensation onctueuse ou mousseuse en bouche. Il est particulièrement important de secouer vigoureusement les cocktails au blanc d’œuf, à la crème ou à la crème de coco. En revanche, il suffit de remuer les boissons à base d’ingrédients qui se mélangent facilement. Remuer est un geste plus doux, la glace n’est pas pilée et le cocktail est moins allongé d’eau. De plus, il n’y a pratiquement pas d’air qui arrive dans le cocktail et celui-ci reste limpide.

Pourquoi utiliser de la vodka?

La vodka se distingue des autres spiritueux par son goût pratiquement neutre. Comme elle ne contient quasiment pas de méthanol et aucun arôme, elle est bien supportée et constitue une base idéale pour les cocktails et long drinks. La traduction littérale de vodka est «petite eau», mais attention: l’authentique vodka russe contient minimum 40 % d’alcool! La qualité est donc fondamentale: une bonne vodka se compose exclusivement de céréales.

Une version sans alcool?

Depuis les années 1960, le terme «mocktail» désigne un cocktail sans alcool – il est dérivé du mot anglais «to mock», qui signifie «imiter». Le principe? Laisser tomber les spiritueux au goût peu prononcé comme la vodka dans le Bloody Mary ou le rhum dans la Piña Colada. Cette variante «saine» de cocktail est restée peu appréciée en Europe jusque dans les années 1970. À partir de là, elle a cependant connu un certain succès, qui persiste aujourd’hui – et pas seulement quand il faut conduire. La sensibilisation globale aux enjeux de santé a également contribué à rendre les mocktails plus populaires.

Quels sont les cocktails les plus célèbres?

«Shaken, not stirred» («frappé, pas remué») sont les mots que lance l’agent 007 depuis des décennies au moment de commander son Martini. Le White Russian, mélange de vodka, de kahlua et de crème, est la boisson fétiche de Jeff Bridges dans «The Big Lebowski». D’autres cocktails doivent leur renommée au petit ou grand écran: le Cosmopolitan dans «Sex and the City», le punch planteur dans «Autant en emporte le vent» ou le Manhattan dans «Certains l’aiment chaud».

Beauty-ABC

#choisirsonverre

Coupe

Un modèle idéal pour les cocktails Godfather, Gimlet, Mary Pickford ou White Lady.

Long drink

Gin Sour, Negroni, Gin Basil Smash, Bramble, etc. sont de préférence servis dans
ce type de verre.

Verre à vin

Convient parfaitement au Wine Cooler, aux cocktails glacés ou à base de champagne.

Verre à Margarita

La variante la plus élégante pour le cocktail le plus populaire de la planète, avec un bord de sel et du citron vert.

Verre à Cosmopolitan

Convient aussi aux cocktails Manhattan, Martini, Brandy ou Margarita.